lundi 8 août 2011


Quel immense chagrin est tombé sur la mer
tombera sur ta bouche ton regard qui s'écarte
- quel immense noir rampe sous le ciel-
d'un homme que tu crus un soir bien plus aimer
lui que demain le temps aura sculpté banal
quel immense rêve se tord sur la table
ton couteau le coupe rêvant d'une porte
ouverte
quel immense bleu traîne dans la cour
quel immense hoquet a lancé deux larmes
quel immense coup casse un cadenas
l'air est vert la mer aussi sur
les murs chuinte
le vent du large.

Jean PEROL
Photo/Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire