samedi 20 août 2011



Tu t’éloignes, cher être, et mon cœur assidu
Surveille ta présence, au lointain scintillante
Je n’ai besoin de rien, puisque je t’ai perdu.

Comtesse de Noailles
Photo/Maclaire@

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire