jeudi 8 septembre 2011

Ce n'était pas prévu toi qui viens.
Tu te mets là sous mes yeux, tu ne bouges pas, tu picores, tu dévores. 
Je ne fais aucun geste pour sortir. 
Tu t’installes contre, des images de main qui frôle, de bouche qui approche. 
Je ne te toucherai pas d’abord. 

Ma peau est plus fragile qu’avant. 

Isabelle Pinçon


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire