lundi 12 septembre 2011

Demain où le rêve d'écrire
Tout le rien de mes dédales
La mâchoire crispée comme un aveu
Rétréci le silence au plus loin
Au bout des mots l'heure pèse sur les bras
Les cercles ont des couleurs qui coulent comme toi

G. ALLIX/Extrait/Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire