samedi 3 septembre 2011

Et je gardais sous les paupières le doux hologramme de sa nudité.

Jean BAUDRILLARD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire