vendredi 9 septembre 2011

L'homme transfiguré par le bonheur
mit la main sur ses yeux
pour ne pas voir ce qu'on voit d'ordinaire
(la peur).
La main miroir ridé
en face d'elle
son visage si évidemment périssable.
On a semé du sable
sur le sang de la joie.
Il n’était pas facile à recevoir, le présent d'amour
C'était comme
fixer le regard
d'une bête
barbare et somptueuse.

M-C BANCQUART
Photo/Maclaire@

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire