lundi 24 octobre 2011


Rien ne s’annonce
mon silence est muet
mais je demeure en attente
prêt à capter ce qui va sourdre
soudain des mots
surgissent et s’assemblent
et lentement
au profond de la nuit
les murs s’élèvent
une maison basse et retirée
où chantonne
en permanence le vivifiant
murmure de la source
où celui qui s’est perdu
pourra venir se rejoindre
retrouver son visage
renouer avec son sang

Charles JULIET
Photo/ Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire