vendredi 18 novembre 2011


Etre un seul :
Il poursuivait en lisière une nuit où prendre racine.
Chacun buvait à la gourde de son coeur.
Il cueillait la solitude aux abois dans sa nudité, s'y baignait.
Déracinant leurs pieds pour chaque pas, congédiant l'air à chaque
souffle, ils dressèrent leurs paupières pour arrêter deux coeurs
indiscernables qui changeaient de poitrine à chaque battement.

Olivier LARRONDE
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire