jeudi 18 juin 2015



Tu me cherchais ?
Ne me cherche jamais,
Je suis là,
Embrassée du cœur aux chevilles
Dans tes mains d’homme et ta mémoire
Et nouée comme une pièce d’or
Dans le trésor confidentiel de ta vie,
Brigandée dans l’envers du temps…
Ne me cherche jamais,
Je suis là,
La nuit peut bien sécher ses grands trains d’herbes fauves
et lancer sur ses rails le convoi des saisons,
Elle peut bien passer de l’une à l’autre
Sur ses passerelles d’orages ou le ventre sans ciel
Des froids,
Elle peut bien apporter ce qu’elle voudra,
Ce qu’elle pourra,
Sa rançon de fatigue ou sa ruée de rêves,
Je suis où tu voulais que j’aille,
Ne me cherche jamais,
Nous allons là où ceux qui s’aiment vont ensemble,
Epaule contre épaule,
Dans le vent des solstices…

Colette SEGHERS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire