vendredi 6 janvier 2012



Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s'est retirée
Démons et merveilles
Vents et marées
Et toi
Comme une algue doucement carressée par le vent
Dans les sables du lit tu remues en rêvant
Démons et merveilles
Vents et marées
Au loin déjà la mer s'est retirée
Mais dans tes yeux entrouverts
Deux petites vagues sont restées
Démons et merveilles
Vents et marées
Deux petites vagues pour me noyer.

 Jacques Prévert
Photo Net

4 commentaires:

  1. Suggestif et emouvant..."Mais dans tes yeux entrouverts/Deux petites vagues sont restees/Demons et merveilles.../Deux petites vagues pour me noyer".(poeme excellemment)

    RépondreSupprimer
  2. Je n'avais pas ces vers à mon souvenir. Merci de les sortir ainsi du chapeau... oups de la cravate ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. j'adore ... ressens... souvenirs normands... larmes aux yeux !

    RépondreSupprimer