samedi 24 décembre 2011



Tu passes toujours et tu reviens.
D’autres t’ont donné un nom.
Pourtant tu n’en as aucun, tu les as tous.
Je dis cendrier, purée, pollen,
je dis visage, herbe, bol, silex.
Tu sors de l’un pour entrer dans l’autre.
Tu tisses des fils qu’on ne voit pas
mais qu’on sent partout. 
J’ouvre la porte,
je suis sur le seuil:
tu me regardes.

Jacques ANCET
Photo Net

1 commentaire: