dimanche 15 janvier 2012


Et puis une onde, sur ma joue.
La chaleur de sa main très près de ma peau,
sans la toucher.
L'envie de son contact, qui gagne un instant chacune de mes cellules, comme une onde électrique.
Et lui qui ne bouge pas.
Longtemps.
Et puis le bout de ses doigts qui frôle ma pommette et descend lentement jusqu'à la commissure de mes lèvres.
Le bout de ses doigts qui s'éloigne, à peine, et tout mon corps qui crie 'encore".
Ma main qui trouve sa main pour l'approcher à nouveau de ma joue.
Le dos de sa main dans la paume de la mienne.
Son odeur.
Son souffle.
Ma joue dans sa paume.
Le goût de ses lèvres.

Extrait/V.P.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire