mardi 17 janvier 2012

Nous nous regardions pleins de flamme,
Silencieux,
Et l'âme répondait à l'âme,
Les yeux aux yeux !

Sous tes cils une larme obscure
Brillait parfois ;
Puis ta voix parlait, tendre et pure,
Après ma voix,

Comme on entend dans la coupole
Un double écho ;
Comme après un oiseau s'envole
Un autre oiseau.

Tu disais : " Je suis calme et fière,
Je t'aime ! oui ! "
Et je rêvais à ta lumière
Tout ébloui !


Victor Hugo/ extrait..
Photo Net

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    De passage sur le blog, J'avais envie d'y laisser une trace... Envie de dire que ce blog est bien fait, la photo de la page d'accueil est belle, le contenu donne envie d'y venir lire, les photos aussi... La poésie, un domaine que je frole moi même du bout des doigts, sans la prétention d'y être implanter avec talent... Je m'incruste chaque jour un peu plus... Parfois j'y suis, parfois j'ai laissé des traces de mon passage sur cette sphère particulière...
    A propos de ce texte de Victor Hugo, il parle de lui même... Savoir entendre, savoir écouter, savoir regarder... Tout un art

    RépondreSupprimer