mercredi 18 janvier 2012



Roses, roses poudreuses, quelle âpreté
dans vos souches la nuit, roses cambrées
d’épines, pareilles aux forts ligaments,
aux muscles secs de la jeune femme
que dans l’auto ses soies palpent, et le cuir
mais molle si des phares l’empoignent, mais marbrée
le long du cou, comme les roses contuses
quand minuit les travaille, d’orties.

Franco FORTINI
Photo Yan Yew

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire