lundi 16 janvier 2012



S’il se peut qu’un silence assemble
et aguerrisse

S’il se peut qu’une feuille
choye au sol et se taise et s’efface
à jamais

S’il se peut que des pierres
réfléchissent parfois la lumière et que
d’autres l’évincent

S’il se peut que mes yeux se resserrent en mes mains
et se ferment un moment

S’il se peut que cet homme
ailleurs
renonce à l’air
à le voir

Il se peut
qu’il nous faille oser l’étendue
et que s’immisce enfin
la Joie.


Emeric de MONTEYNARD
Photo Net




2 commentaires:

  1. j'adore .. comme ecrit a moitié. juste assez pour creer l'emotion et laisse juste assez de champs à l'imaginaire de tout un chacun pour terminer cet oeuvre ... slendide!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    merveilleux texte que je ne connaissais pas. J'aime les sous-entendus auquel on peut mettre tellement de choses derrière... "Dans la poésie je cherche une maison où l'écho existe sans le cri qui pourtant l'engendre. Gastao Cruz" résume bien l'intérêt de la poésie...

    RépondreSupprimer