mardi 27 mars 2012

(...)
Comme si l'énigme avait une ombre,
Comme si l'absence avait une ombre.
Comme si le vide avait une ombre,
Comme si l'amour était une ombre.
Marcheur qui se cherchait des ailes,
Tu ne croyais pas aux rives infernales
Mais à l'échappée verticale par-delà dédale et fournaise
Avec au fond de l'âme un regard calciné.
Quelle fureur pour se délivrer des furies
Quelle lutte pour éperonner la lumière
Quel assaut insensé pour arrimer le feu, ensauvager l'horizon,
Et quel blasphème pour transpercer le ciel !

Tu voulais chanter sans crainte, espérer sans espoir ni raison, danser comme on se sacrifie
(...)
Extrait/ André VELTER
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire