jeudi 15 mars 2012

Le désir est un désastre qui peu à peu
s'accumule silencieux à l'ombre
d'oliviers intérieurs. Comme il est lent, cet  art
qui vient de loin : et l'office des vagues,
la séduction du corps parmi les routines du jour,
et tout se met à chanter.
Le corps vidé, à Delphes, servit d'abri
aux étoiles ; un lieu invisible où,
aveugle, je me suis baigné dans des eaux
primitives. Pour tout voir. Et j'ai vu le tourment,
plus vaste que le désir : et j'ai souhaité mourir,
et je suis mort, dans tes soieries plus intimes.

Casimiro de Brito.

Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire