mardi 8 mai 2012



A bout de bras.
A bras le corps.
A en perdre la tête. 
Se frôler pour s’enchainer. 
Fermer les yeux sous l’ardeur qui brûle. 
Se dévorer comme des forcenés, 
des fanatiques, 
des enragés et se laisser flotter, 
ivres de félicité, 
dans un brouillard de plaisir en s’effleurant le bout des doigts qui cherchent à se raccrocher à la rive… 
La nuit ne faisait que commencer.

Katherine PANCOL
Photo Nathalie Magrez.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire