mercredi 16 mai 2012



Notre absence nous définit
et notre solitude
un rêve de terre ouvre
les mots sur la mer
le temps nous rouvre à l’enfance
sculptés d’ombre et de lumière
nous nous tenons visages
à gauche du soleil
comme à côté des épines
la plage des cœurs
de l’espace naît le vide
l’animé
et le silence entre les pages
est souffle
entre les souffles.



Amina Saïd/extrait
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire