jeudi 17 mai 2012


Qu'un grain se glisse dans la blessure si mal refermée et tout bascule : amours, rêves, certitudes. 
Notre chemin se perd sous le sable, pierre sans mémoire qui coule entre nos doigts, chair des destins fragiles, ciment des châteaux éphémères. 
Philiippe Grimbert/extrait.
Photo Net 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire