lundi 4 juin 2012

On ne voyage pas pour se garnir d'exotisme ou d'anecdotes,
mais pour que la route vous plume, vous rince, 
vous essore, vous rende comme les serviettes élimées par les lessives qu'on vous tend 
avec un éclat de savon dans les bordels....
Sans ce détachement et cette transparence, comment espérer faire voir ce qu'on a vu ?

Nicolas BOUVIER
Photo Net Matisse Odalisque à la culotte grise.( Musée de L'Orangerie Paris)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire