jeudi 28 juin 2012

Pour s’éprendre d’une femme, il faut qu’il y ait en elle un désert,
une absence, quelque chose qui appelle la tourmente, la jouissance.

Une zone de vie non entamée dans sa vie, 
une terre non brûlée, ignorée d’elle-même comme de vous.



Christian BOBIN
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire