jeudi 12 juillet 2012


Au fond la question ne se pose pas. Il n’y a aucune hésitation. Je dis oui pour changer ma vie pour vous. Je dis oui pour vous aimer. Je dis oui pour être votre compagne, celle qui partage avec vous du temps, de l’espace, des plaisirs, des découvertes, des visions, mais aussi la souffrance, la douleur, les peurs, les soucis qui font partie de la vie. Je dis oui pour rendre ma vie disponible pour vous, après tout je suis aussi libre que vous, sans attache sinon celle de mon travail mais qui n’en n’ai pas vraiment une. Je dis oui pour construire avec vous une relation sage, tendre, complice, sereine. Je dis oui pour voyager, partir avec vous, prendre le temps, s’installer quelque part si l’envie nous prend. Je m’engage à être toujours là si vous en avez besoin. Je m’engage à prendre soin de vous, à vous prendre en charge s’il vous arrivait quelque chose, à vous entendre, à suivre vos désirs, jusqu’aux souhaits les plus ultimes, à vous aider à partir si vous étiez condamné et que vous me le demandiez. Je le dis parce que nous en avons delà parlé ensemble et je sais que cette question est cruciale pour vous.

Je serais toujours là pour l’essentiel.

Mais il est des choses qu’il ne faudra pas me demander ; venir habiter avec vous, peut être mais ce n’est nullement une obligation, quitter mon appartement à Paris, tout partager nuit et jour, temps et espace, totalement. Ne me demandez pas de connaître tous mes amis. Ne me demandez pas la fidélité, on sait bien qu’elle est une promesse hypocrite. Et puis nous n’avons pas le même age. Pardon de le dire ainsi, je ne voudrais pas être offensante mais c’est une  réalité qu’on ne peut se cacher tous les deux. Je ne supporterais pas la jalousie, celle que pourrait vous inspirer la jeunesse par exemple. Si l’un sent qu’il pourrait faire du mal à l’autre, alors il faudra s’éloigner. Prendre de la distance. Ne pas se faire de mal et reprocher à l’autre ce qu’on refuse de voir chez soi. Savoir pardonner tant qu’il est encore temps. Ne pas avoir peur de mettre des mots, exprimer ce qui peut coûter. Je ne veux pas de questions d’argent entre nous. Je ne vous en demanderais pas. L’argent n’a jamais été au centre de ma vie.
Promettez moi de ne pas poser de question et de ne pas vouloir en savoir plus que ce que je voudrais bien exprimer…Si je m’absente pour quelques jours, je pourrais ne pas vous dire où, ni avec qui. Je vous dirais, je pars, et je reviens. Parce que je reviendrais. Et s’il devait vous arriver quelque chose pendant cette absence, je reviendrais. Vous êtes ma priorité. Je serai toujours là. Mais promettez-moi de ne jamais devenir inquisiteur, inspecteur de ma vie. Ce serait me perdre. Je suis à vous mais je ne vous appartiens pas. Vous ne me possédez pas, pas plus que je ne vous possède. N’ayez jamais peur à cause de moi. Ce sont des mots dont on voudrait qu’ils dictent la vie. Je ne suis pas dupe et vous non plus.
Promettez-moi la confiance et le respect, ce sont les deux piliers de notre histoire. De cette vie annoncée. Je suis prête à essayer. A m’y donner totalement. Vous avez mon engagement.
Je signe.

Extrait/ Le dernier rendez-vous/ Catherine BRIAT
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire