mardi 21 août 2012



Baisez mes yeux, baisez mes seins,
Baisez ma hanche sinueuse,
Toute ma chair voluptueuse,
Avec de monstrueux desseins.

Mais laissez mon sexe et ma bouche.
J’adore voir, dans votre oeil clair,
Un rauque éclair,
Un éclair louche,
Dur et farouche.

La vierge priait, ardemment,
Accroissant ses désirs, ses vices,
Et sans sévices,
J’étais amant,
Atrocement.

Paul ELUARD

1 commentaire:

  1. Les tenir c'était n'être plus que désir. Je m'y agrippais d'envie, comme-ci j'eus tenu le Monde.

    RépondreSupprimer