jeudi 23 août 2012



Tu ne trouveras pas, Lecteur,
dans cet album de chansons, ma préférée.

Elle se cache ailleurs,
dans le vent dorant tes cils.
Ce regard qu’elle aère…

Il faut bien qu’une fois endormi,
tu entendes ma chanson…

Je ne suis pas le chantre de la nuit.
Je suis où tu ris, ton rire;
là où tu pleures,
la guêpe émerveillée de tes larmes.

Tout le suc du monde sur tes lèvres.
Il faut bien qu’une fois réveillé,
tu chantes ma chanson…

Edmond Jabès
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire