mercredi 29 août 2012

Un clown, plus heureux sur les mains,
Les pieds dans les étoiles et le crâne lunaire,
Des ouïes de poisson dans l’eau et
Les pieds de grue bien sur terre.
Enroulé sur toi-même comme une bobine de soie
Traînant ta nuit comme un hibou la sienne
Muet comme un navet du quatorze juillet
Au premier avril,
Mon triomphant, mon petit pain.

Vague comme le brouillard, guetté comme une lettre
Plus lointain que l’Australie.
Atlas au dos courbé, notre crevette vagabonde.
Douillet comme un bourgeon, à l’aise
Comme un hareng saur dans son bocal.
Un casier d’anguilles qui frétillent.
Bondissant comme une fève mexicaine
Sûr et posé comme une addition juste.
Une ardoise vierge où se dessine ton visage.

Sylvia PLATH
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire