mardi 4 septembre 2012



Versets d’un panthéiste

Perds-moi l’étoile
— dit le poète —
traverse-moi de la flèche de la distance

bois-moi la source
— dit celui qui boit —
bois-moi jusqu’au fond au néant

qu’on me donne de bons yeux
pour dévorer les paysages

les mots censés protéger mon corps
qu’ils m’apportent l’abîme

l’étoile prendra racine sur mon front
la source déshumanisera mon visage —

puis tu t’éveilleras silencieux
dans les paumes de l’immobilité

au coeur des choses

Zbigniew Herbert
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire