dimanche 23 septembre 2012



Rien ne m'attache à rien.
Je veux cinquante choses en même temps,
Avec une angoisse de faim charnelle
J'aspire à un je ne sais quoi —
de façon bien définie à l'indéfini...
Je dors inquiet, je vis dans l'état de rêve anxieux
du dormeur inquiet, qui rêve à demi.
On a fermé sur moi toutes les portes abstraites et nécessaires,
on a tiré les rideaux de toutes les hypothèses que j'aurais pu
voir dans la rue,
il n'y a pas, dans celle que j'ai trouvée, le numéro qu'on m'avait
indiqué.
Je me suis éveillé à la même vie sur laquelle je m'étais endormi.
Il n'est jusqu'aux armées que j'avais vues en songe qui n'aient été
mises en déroute.
Il n'est jusqu'à mes songes qui ne se soient sentis faux dans
l'instant où ils étaient rêvés.
Il n'est jusqu'à la vie de mes vœux — même cette vie là — dont
je ne sois saturé.

[...] Fernando Pessoa
Photo Net



2 commentaires:

  1. J'aime tant de poètes. Mais il y a chez Pessoa, des mots, des sensations et des émotions transcrites, qui me sont si intimement familières, qu'aucun ne me trouble autant que lui.

    RépondreSupprimer
  2. Comme je vous comprends et combien je partage le même sentiment...

    RépondreSupprimer