samedi 24 novembre 2012


(...)
Et cependant je suis sans fièvre et sans tristesse – sûre, patiente, heureuse, - et la ville toute et la pluie ne sont qu'une vitre mince à briser, une illusoire prison que déborde ma réalité lumineuse. 
Qui me désespèrerait? Je procède du Soleil. 
Qui m'atteindrait? Si tes mains et ton vœu me préservent. 
Qui m'ennuierait? Si notre avenir me captive... 
Je fais ce rêve d'une chambre profonde et calme, aux bois sombres, polis, aux murs nus et blancs, aux murs sourds épais, où je puisse nous recueillir quand le jour comme aujourd'hui oublie de se lever, d'une opulente obscurité fleurant la pomme et la cire; une chambre naïve, sans mystère, incorruptible, parfumée, chaleureuse aux carreaux rouges, nette aux rideaux empesés, moelleuse et fraîche au lit vaste, secrète où nul que toi ne pénètre, où je puisse nous éveiller, nous endormir, nous aimer... (Une chambre entre parenthèses.) 
Lettres à l'amant extrait 2/Mireille SORGUE
Photo Net.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire