vendredi 1 mars 2013





Plage. Et mer.
Lumière.
Le vent du nord.
Le silence des marées.
Des jours. Des nuits.
Une liturgie. Immobile, si on regarde bien. Immobile.
Des personnes comme les gestes d’un rituel.
Autre chose que des hommes.
Des gestes.
Elle les respire, la caressante cérémonie quotidienne, elle les transmue en oxygène par ce surplace angélique.
Il les métabolise, le paysage parfait du rivage, les convertissant en figures pour un éventail de soie.
Chaque jour plus immuables.

Alessandro BARICCO/ extrait/ Océan Mer

2 commentaires:

  1. La photo...
    Puis le texte...
    J'ai fermé les yeux...
    Et j'y étais...là sur cette plage...
    Merci...

    RépondreSupprimer
  2. @ Jacky...merci..là sur cette plage..envie d'y être...les yeux ouverts...

    M@claire

    RépondreSupprimer