jeudi 21 mars 2013



Voici le lieu du monde où tout devient enfant,
Et surtout ce vieil homme avec sa barbe grise,
Et ses cheveux mêlés au souffle de la brise,
Et son regard modeste et jadis triomphant

Voici le lieu du monde où tout rentre et se tait,
Et le silence et l’ombre et la charnelle absence
Et le commencement d’éternelle présence,
Le seul réduit où l’âme est tout ce qu’elle était.

Charles Péguy
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire