jeudi 4 avril 2013

Je ne vous écris pas de lettres,
mais il me serait facile de mourir avec vous.
Doucement, nous nous laisserions glisser
le long des lunes, une première halte
auprès des cœurs de laine, puis
une autre parmi les loups, les framboisiers

et ce feu que rien n'apaise ; à la troisième,
j'aurais traversé les fines mousses
des nuages raréfiés,
passé sans effort le pauvre fourmillement
des étoiles, pour arriver
dans votre ciel, tout près de vous.

Ilse AICHINGER
Photo net

2 commentaires:

  1. Douce. Merci. Tes choix sont toujours une source d'émerveillement pour moi.

    RépondreSupprimer