dimanche 5 mai 2013

On ne sait trop ce que le mot bonheur signifie et encore moins quelles valeurs authentiques il recouvre ; il n’y a aucune possibilité de mesurer le bonheur d’autrui et il est toujours facile de déclarer heureuse la situation qu’on veut lui imposer : ceux qu’on condamne à la stagnation en particulier, on les déclare heureux sous pretexte que le bonheur est immobilité. C’est donc une notion à laquelle nous ne nous référerons pas. La perspective que nous adoptons, c’est celle de la morale existentialiste. Tout sujet se pose concrètement à travers des projets comme une transcendance ; il n’accomplit sa liberté que par son perpétuel dépassement vers d’autres libertés ; il n’y a d’autre justification de l’existence présente que par son expansion vers un avenir indéfiniment ouvert.
[…]
C’est à dire que nous intéressant aux chances de l’individu, nous ne définirons pas ces chances en termes de bonheur, mais en termes de liberté.
Simone de Beauvoir (1949)

Gift net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire