dimanche 2 juin 2013



Ta fièvre me fait penser
Aux oiseaux de passage qui heurtent les phares
Dans les soirs de tempête aussi,
Elle tourbillonne dans apparaître,
Et ses pauses sont encore plus rares.
Je ne sais comment, exténuée, tu résistes
En ce lac
D’indifférence de ton cœur ; peut-être
Une amulette te sauve-t-elle, que tu gardes
Près du bâton de rouge,
De la houppette, de la lime : une souris blanche,
D’ivoire ; et ainsi tu existes !

Eugenio Montale /Extrait "Dora Markus"
Photo Net

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire