vendredi 6 septembre 2013



Le soleil rit sur la fenêtre
Que caresse amoureusement
Le rideau de mousseline
Qui épouse le corps invisible
D’un souffle d’air

Jean-Baptiste BESNARD

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire