samedi 5 octobre 2013

Tu m'as dit : "Cueille ces fleurs, poursuis ce papillon…", car tu nommais ma course une danse, et chaque révérence de mon corps penché sur les oeillets de pourpre, et le geste, à chaque fleur recommencé, de rejeter sur mon épaule une écharpe glissante ...

Dans ta maison, seule entre toi et la flamme haute d'une lampe, tu m'as dit : "Danse" ! 
Et je n'ai pas dansé...

Mais nue dans tes bras, liée à ton lit par le ruban de feu du plaisir, tu m'as pourtant nommée danseuse, à voir bondir sous ma peau, de ma gorge renversée à mes pieds recourbés, la volupté inévitable...

(....)

COLETTE


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire