lundi 18 novembre 2013

Autant pas se faire d’illusion, les gens n’ont rien à se dire, ils ne se parlent que de leurs peines à eux chacun, c’est entendu. Chacun pour soi, la terre pour tous. Ils essayent de s’en débarrasser de leur peine, sur l’autre, au moment de l’amour, mais alors ça ne marche pas et ils ont beau faire, ils la gardent tout entière leur peine, et ils recommencent, ils essayent encore une fois de la placer.

Céline - Voyage au bout de la nuit

1 commentaire:

  1. Si je devais en choisir un seul, assurément ce serait Céline. Écrire... pour moi, c'est lui ! L'invention du "style émotif parlé", c'est lui... Le Voyage, Mort à crédit, m'ont éveillé...

    RépondreSupprimer