mardi 26 novembre 2013


Dans le parfum des violettes, des roses, et des acacias – ils se sont un matin rencontrés.

Auprès de son corsage entr-ouvert, dormaient des roses moins douces que sa gorge – et ses yeux qui semblaient deux noires violettes embaumaient comme le printemps.
Le soleil poudrait d’or ses cheveux blonds; -
Lui, regardait ses yeux qui semblaient deux noires violettes.
Rapides sont les heures d’amour.
Un soir, sous les étoiles, elle lui dit: – Je suis à toi pour jamais.
Et les étoiles les ont fiancés; – les étoiles moqueuses et froides.
Dans le parfum des violettes, des roses et des acacias.
Rapides sont les heures d’amour.
Un jour il est parti, comme les petites fleurs d’acacias neigeaient -
Mettant sur le gazon désolé, de grandes taches blanches pareilles à des linceuls
Où le papillon venait agoniser.
(....)

Marie KRYSINSKA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire