vendredi 8 novembre 2013

Invisible mouette me voici
Est-ce la mer aussi
Qui me rappelle

Sa voix n’a pas changé
C’est tout ce que j’ai
Retenu d’elle

(...)

Me voici montre-toi, Mer,
Poésie, mêmes yeux froids, pervers
Et cette tendresse infinie
Qui fait oublier l’hiver.

Franz Hellens

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire