mercredi 2 juillet 2014



Quel geste fragile apaisera mon pouls
si ce n'est vos deux paumes ouvertes
s'élevant dans le haut silence des cathédrales
lorsque la lumière coule aux vitraux turquoise ?
vos mains caressant l'air nu
geste immense qu'aucun temps jamais n'engourdira.


Claire GENOUX




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire