jeudi 4 septembre 2014



Être de vent, de flamme noire,
Mais parfois la douceur des soleils d’enfance,
L’écho meurtri d’une musique de l’amour.
Vivre est si lent, si proche de l’abîme…
Oh! fasciner ne fût-ce qu’une fois
La vie,
La tenir dans un sourire ou dans un bond.
Puis le silence

Georges-Emmanuel Clancier



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire