mardi 9 décembre 2014



Je suis d’un pays où règne le maître vent… la mer et la terre lui sont également soumises… 
Galerne ou Suroît… 
Je l’entends qui mène son grand jeu par le pays. 
Il gronde, il siffle, il chuinte, il miaule, il sanglote, il s’étouffe de rire, il chante à travers les murs de galets et de pierres plates 
Notre vent serait capable de souffler sans arrêt. 
S’il ne le fait pas, c’est parce qu’il veut jouir de son œuvre.


Pierre Jakez Hélias




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire