lundi 5 janvier 2015


Avec un vent plus fort,
Une lampe moins obscure,
Nous devons trouver la halte
Où la nuit dira « Passez » ;
Et nous saurons que c’est vrai
Quand le verre s’éteindra.

Ô terre devenue tendre !
Ô branche où mûrit ma joie !
La gueule du ciel est blanche !
Ce qui miroite, là, c’est toi,
Ma chute, mon amour, mon saccage.

René Char







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire