vendredi 23 janvier 2015



Tu apprendras que faire des projets est une vanité, que ne pas en faire est une erreur, que trop donner, c'est parfois se perdre, que ne pas donner, c'est se perdre tout court, que voyager forme la jeunesse, que trop voyager déforme la vieillesse, que ta liberté peut devenir ta plus grande prison et que ta dévotion et ta constance peuvent être ton choix le plus libertaire, que la fidélité peut n'être qu'une lâcheté et une arrogance, que l'insolence est souvent le plus grand courage, que tu es plus fort et brave que tu ne le penses mais aussi bien plus fragile que tu ne le crois, que toi aussi tu vieilliras, que tu es rarement là où tu t'attends, que tes sauveteurs ne sont pas nécessairement ceux de tes amis qui disent t'aimer, qu'à l'inverse, viendront te secourir ceux qui semblaient t'ignorer, qu'il n'y a de recettes toutes faites pour rien, même si nous sommes sur le même bateau, qu'il n'y a pas de science exacte et que la Foi est la seule mathématique implacable, que l'amour ne te doit rien et que la haine se permet tout, que les plus cruels refusent le pardon et vivent de vengeance là où ils ont vécu de ta passion et de ton allégeance, que rien n'est immobile même si tout semble figé, qu'il n'y a pas de route pour celui qui ne veut pas aller, pas de porte de sortie pour celui qui n'est pas réellement entré, que c'est parfois un cadeau de la vie que d'échouer dans son projet et un cadeau empoisonné qu'une réussite trop aisément donnée, qu'aucun mot n'est assez grand pour contenir l'immensité de son sens, qu'aucun cœur n'est assez petit pour ne contenir pas, de notre monde, une partie de l'essence...


Texte : Martine SDY Benz, 2015.
© droits protégés.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire