mercredi 4 février 2015

Et si ce n'était pas le froid du soir
qui nous pinçait les lèvres,
mais la marche qui reprend, se renouvelle
éveille un autre vent

et tous ceux en qui j'ai cru?

Tu sais que je porte encore en moi l'envie
de m'en aller comme s'achève un film,
le soleil en plein visage, dans la musique qui monte,
et de laisser à vos cantons de sable
à vos allées de calme parfait
toute fureur.

Isabelle LEARDINI



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire