samedi 14 mars 2015

J'ai gardé le soleil à l'entrée de mes pupilles
Je n'ai rien perdu
J'ai tout collectionné
Les mémoires, les attentes, les absences, les enfances
Une unique lumière pour me prendre la main
Jamais je ne suis restée loin mon enfance
L'invisible ne t'appartiendra jamais
Tes verrous mes miroirs ils sont à nous
Tes entêtements mes cheminements ils sont à finir
Aucune vérité ne sortira de là
Car le secret est bien effacé
J'ai gardé le soleil à l'entrée de mes pupilles
La main sur la porte
Croix de bois croix de fer
Tu mens
Et je n'irai pas en enfer
Je n'ai rien
Tout au plus une chanson
Guère moins que son refrain
Dans une langue que tu ne peux reconnaître
Car tu n'y comprends rien
J'ai gardé le soleil à l'entrée de mes pupilles

M@claire  © et Photo Personnelle © Sikasso 1965

2 commentaires:

  1. Silas, Chien d'Utopie16 mars 2015 à 08:44

    Incroyable ! Grâce à vous et à la légende de votre photo, je viens de remettre la main, l'oreille plutôt, sur "Radio Mamelon de Sikasso" que j'avais découvert grâce à l'émission de France Inter "L'Afrique Enchantée", une émission purement géniale le dimanche en fin d'après midi ! J'adore ces voix africaines... Merci

    RépondreSupprimer
  2. @ Silas, Chien d'Utopie, Sikasso est le village de mon enfance....ces voix l'ont bercées....

    RépondreSupprimer