samedi 21 mars 2015

Je ne veux rien manquer et pas moins, le temps de nous.
Celui qui emprunte des blancs gris et les essaye à mes cheveux,
Je n'ai jamais pris racine, j'ai bâti des lieux en déployant mes douceurs,
Il y a toujours eu des pièces désertes,
Et des miroirs pour une dernière fois.
Tu as déjà peur de la fin.
Comme si ailleurs, la mémoire de l'habituel te retient dans des compromis 
Je m'interroge sur le plus doux,
Tes mots ou mes caresses.

M@claire  ©


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire