mercredi 1 avril 2015



L'amour clandestin, 
l'amour partout dans la maison, 
les étreintes affamées sans se lasser, 
la rudesse,
 la peau nue, 
les baisers,
 mais aussi les heures vacantes, 
les corps allongés, comme morts,
 l'inertie, 
la belle inertie, 
la délicatesse, 
les longs silences, 
son sommeil à lui et ses éveils à elle, 
et l'amour encore, 
les enlacements, 
le plaisir,
 les murmures, 
ce qui leur échappe,
 le corps qui parle. 

Philippe Besson


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire