mardi 14 avril 2015

Elle était venue sur les marches tièdes
Et s’était assise. Sa tête gentille était inclinée
Un peu de côté. Ses mains réunies étaient endormies
Au creux de sa jupe. Et elle croisait ses jambes devant elle,
Un des pieds menus pointant vers le ciel
Il dut le frôler, ce pied, pour passer
Et il dut la voir.
Il vit son poignet qui donnait envie
D’être à côté d’elle dans les farandoles
Où l’on est tiré, où il faut qu’on tire
Plus qu’on n’oserait…
Et il vit la ligne de ses épaules
Qui donnait envie de l’envelopper
Dans un tendre châle
Mais le désir lui vint de regarder sa bouche
Et ce fut le départ de tout.
Mais le besoin lui vint de rencontrer ses yeux
Et ce fut la cause de tout. 

Ch. Vildrac ~ Livre d’amour





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire