jeudi 7 mai 2015



Mon ami, mon amant, mon cher compagnon des heures furieuses où nous n’entendions d’autre bruit que celui de nos souffles écrasés l’un dans l’autre, je vous le demande, cela est-il possible ? Et si vraiment cela est, si vous n’êtes plus à mes côtés qu’une ombre tendre, qu’une image pâle et voûtée de mon amour, quelle aberration me défendit de prévoir ce qui arrive ?

Colette, La retraite sentimentale

Photo  Erwin Blumenfeld, 1949.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire